Le jeu de Rôle, qu’est-ce donc ?

Un jeu de rôle, souvent abrégé en JdR, est un jeu de société dans lequel plusieurs participants créent et vivent ensemble une histoire par le biais de dialogues, chacun incarnant un personnage. Le support de l’imaginaire est très important et des dés, du papier et des crayons constituent l’essentiel des accessoires nécessaires pour jouer. Les rôlistes (néologisme créé dans les années 1980) font une interprétation du rôle de leur personnage.

Les jeux de rôle se distinguent des autres jeux de société car il n’y a généralement ni gagnant ni perdant. Ils sont une forme interactive de conte, basée sur des relations sociales et collaboratives plutôt que sur la compétition. La fin d’une partie ne désigne pas forcément un gagnant unique. Le but du jeu est simplement le plaisir qu’on éprouve à participer à une histoire, à interpréter un rôle et à faire évoluer son personnage pour le rejouer dans une partie future.

Les jeux de rôle réunissent un meneur de jeu (MJ), aussi appelé maître de jeu, et un groupe de joueurs. La fréquence des séances de jeu est très variable (jours, semaines, mois…), ces dernières durant généralement plusieurs heures suivant l’envie et la disponibilité des participants. La tradition rôliste veut qu’une bonne partie de jeu se mesure en quatre à huit heures, voire douze heures et plus, agrémentées de pauses. Tout dépend de la longueur de l’aspect simulationniste des règles et/ou de la capacité des joueurs à rentrer dans l’ambiance.

Tout le monde (ou presque) a déjà fait du jeu de rôle, du moins dans sa forme dite « primaire » : de fait, les enfants dans la cour d’école qui s’interpellent de la sorte — « On dit que tu es le gentil et moi le méchant ! » — font ce que l’on pourrait appeler une forme simple du jeu de rôle.

On peut décrire le jeu de rôle comme une réalité virtuelle sans ordinateur. Mais on peut presque le comparer à une histoire racontée au coin du feu si chacun des participants raconte son histoire en l’ajoutant à la trame centrale et s’ils jouent sans aucun support (dés…) durant la séance. On peut aussi faire l’analogie avec le théâtre d’improvisation, où un juge donne des éléments imposés à des acteurs.

source wikipédia

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *